gadamytro800

Première édition du 14 au 21 janvier 2012

Prochaine édition en janvier 2015 (Inch’allah)

Le Festival Liberté de circulation a commencé ! Soyez présents toute la semaine !

dimanche 15 janvier 2012, par Centre Mytro Nunya

Hier, samedi 14 janvier, c’était l’ouverture dans votre Centre Culturel Mytro Nunya de la première édition du Festival Liberté de Circulation (Lomé, Togo – Janvier 2012)…

Le lancement s’est fait avec plus d’une heure et demie de débats passionnés, autour des questions de frontières, de migrations, de migrants et d’exils… Avec, entre autre, un témoignage d’une personne présente dans le vol Paris-Lomé du 6 janvier 2012, qui a vu des passagers s’indigner face à la violente exercée contre une personne expulsée, pieds et poings liés par des cordes…

Plus d’infos sur cette actualité :
http://www.rue89.com/2012/01/06/un-passager-attache-avec-des-cordes-le-paris-lome-se-revolte-228140

Ensuite, ce fût le tour du show, avec Arc Djébé et ses musiciens, suivi de Gada Tronsi et son groupe !

Clou de la soirée, la présentation du spectacle « Exil Exit » par Emmanuel Lambert de la Compagnie Bulles de Zinc, tout juste descendu de l’avion…

Et ça continue ce soir, avec le spectacle « L’inconnu », et une nouvelle présentation d’ »Exil Exit », et encore toute la semaine ! Venez nombreux !

DSC06865

Programme détaillé des spectacles, détaillé et mis à jour ci-dessous…
Tous les spectacles sont à 200 F. Soutiens et appréciations sous toutes leurs formes sont attendus…

Photos de cette soirée de lancement : par Aude qu’on remercie vivement !

ÉVÉNEMENT JANVIER 2012 – Festival « Liberté de circulation ! » Théâtre du 14 au 21 janvier 2011 – Encore une semaine !

Dimanche 15 : : 18h : : « Exil.Exit » + « L’Inconnu » – 200 F
Mercredi 18 : : 18h : : « Lomé vivina » Film-documentaire – 200 F
Jeudi 19 : : 18h : : « Melancodo » + « Servitude à la une » – 200 F
Vendredi 20 : : 18h : : « Encres indélébiles » + « Les mauvaises herbes » – 200 F
Samedi 21 : : 18h : : « L’autre rive » + « Atterrissage » – 200 F

« Exil.Exit » Monologue expulsé pour la rue.

Une histoire d’exil(s). D’immigré, de déracinés.
Des allers-retours entre la France et l’Afrique.
As-tu été ailleurs, voir si ailleurs c’est plus loin ?

« C’est l’histoire d’un homme qui raconte l’histoire d’un homme. Une histoire de départs sans arrivée et de retours sans allers. C’est l’histoire d’un homme qui raconte son histoire, et l’histoire d’Abdou. Une histoire de frontières, de cartes IGN, de papiers et de droit de circuler, mais aussi d’une rencontre, d’une guitare, de 480 oeufs cassés, de voisins trop voisins et d’une mobylette pourrie. Une histoire sur l’absurdité et la poésie du monde. Une histoire ordinaire… qui finit mal, évidemment. »

Cie Bulles de Zinc – Dimanche 15 – 18h


« L’Inconnu »

« Il ne viendra pas. » C’est ce que l’homme s’amuse à lui répéter. Elle, elle est un peu perdue sur ce trottoir, avec ce froid, et celui là qui ne vient pas. Elle a d’abord peur de cet inconnu qui se moque d’elle, mais qui peu à peu la rassure. Elle n’est pas au bout de ses surprises.

Cie Cercle des Amis de Sion – Dimanche 15 – 18h


« Lomé vivina »

LOME VIVINA est un film documentaire sur l’étonnant phénomène du sport collectif dominical à Lomé, au Togo. Tous les dimanches depuis vingt ans, toute la population de Lomé court et s’entraîne ensemble. Au départ, ils ont commencé à courir avec les militaires au début des années 1990. Cet acte a bientôt concerné toute la ville, devenant une habitude immanquable au-delà des divergences religieuses, ethniques et sociales. Progressivement, les groupes sportifs se sont organisés et le tissu social de la ville se restructure grâce à eux sur des bases d’entraide, de joie et de tolérance. LOME VIVINA convoque les portraits de dix Loméens retraçant le bienfait de cette course du dimanche pour chacun et pour le pays.

Un film de Marie-Samantha SALVY – Documentaire – 32″ – Mercredi 18 – 18h


« Melancodo »

« Maintenant que le bateau était sur l’océan, qu’il s’accrochait aux vagues noires, bitumées qu’il coupait comme une lame de rasoir, Edo la tête dans un hublot, cramponné à un gros cordage comme à la bride d’un cheval se sentait dans une chevauchée fantastique. Et déjà rien que ce petit bout de mer entre le bateau et la terre qu’on voyait encore le rendait fou de joie. Se tirer, se barrer, mettre de la mer, encore de la mer, le plus possible de mer entre eux et lui. Toutes peurs envolées, il riait, la vie d’avant défilait comme un film dans sa tête. Les militaires reniflant les zémidjans aux carrefours pour leur soutirer de l’argent comme des chiens affamés le nez dans une poubelle… »

David Ganda présente un texte de Charles Manian, réalisé sur la base de témoignages recueillis à Lomé en 2011 – Jeudi 19 – 18h


« Servitude à la Une »

Servitude à la une est tirée du « Discours de la servitude Volontaire » d’Etienne de la Boêtie. Ce texte est singulier et ses analyses d’une étonnante netteté. La tyrannie est présentée ici comme la négation de toute citoyenneté ; Car là où tout est à un, aucune chose publique ne saurait subsister. La racine de cette appropriation tyrannique est en chacun de nous ; Car l’aliénation consentie fait la servitude Volontaire.

Atelier Mobile de Théâtre Avêmian (AMTA-Bénin) – Texte : Etienne de la BOETIE – Mise en scène : Hermas GBAGUIDI – Jeudi 19 – 18h


« Encres indélébiles » Un spectacle inclassable sur les silences de l’Afrique, entre le chant et la parole

Ils ne s’aimaient pas tous mais tous témoignaient un attachement sans faille à Yayi, la grand-mère. Aussi, quand ils ont appris son décès, ils ont accouru des quatre coins du monde pour lui rendre hommage. Il y a l’afro pessimiste et …le jeune futé qui survit en exploitant les diverses contradictions de son pays. Ils sont des frères jumeaux. Enfin, il y a Fati, petite sœur des jumeaux. Sera-t-elle à la hauteur ? Parviendra-t-elle à dire les silences de l’Afrique ? Peut-être choisira-t-elle, comme des milliers de femmes en Afrique et dans le monde, de tuer les violences qu’elle a subies par le silence…

Avec Fati Yakanou-Fousséni, Eustache K’mouna, Momo et Gnim Atakpama – Vendredi 20 – 18h


« Les mauvaises herbes »

Porté dans une poubelle, David le clandestin est sur le point d’être jeter à la mer, il cri se débat et négocie avec Thoy et Matheo qui le ramène dans la cuisine ou Matheo ne trouve que 450 dollars au lieu des 12000 promis par David le clandestin, de l’or, il ne voit pas la couleur, il doit alors aller fouiller dans la cabine du présumé « passeur ». Une fois seul, THOY délivre David de ses liens, et le cache au fond de la réserve. De retour dans la cuisine Matheo menace Thoy de son couteau l’accusant d’avoir été dès le début de mèche avec le clandestin, il réclame sa part du butin, puis tout, parce que c’est lui qui à découvert David « le voyageur de la côte d’or »

Cie Lampions Théâtre – Texte de Charles Manian – Vendredi 20 – 18h


« L’autre rive »

Il en rêve depuis si longtemps. Le jour est arrivé. Il a franchi l’espace et le temps. Il y est. Mais tout ne se passera pas comme prévu…

Cie ADAC – par Xavier Womé – Samedi 21 – 18h


« Atterrissage »

Porté dans une poubelle, David le clandestin est sur le point d’être jeter à la mer, il cri se débat et négocie avec Thoy et Matheo qui le ramène dans la cuisine ou Matheo ne trouve que 450 dollars au lieu des 12000 promis par David le clandestin, de l’or, il ne voit pas la couleur, il doit alors aller fouiller dans la cabine du présumé « passeur ». Une fois seul, THOY délivre David de ses liens, et le cache au fond de la réserve. De retour dans la cuisine Matheo menace Thoy de son couteau l’accusant d’avoir été dès le début de mèche avec le clandestin, il réclame sa part du butin, puis tout, parce que c’est lui qui à découvert David « le voyageur de la côte d’or »

Cie Awawlui – Texte de Kangni Alem – Samedi 21 – 18h
— –
Compagnies : Lampions Théâtre, Awawlui, ADAC, La Cour des Contes, David Ganda (Togo), Bulles de Zinc (France), Atelier Mobile de Théâtre Avêmian (Bénin), Cie CAS (CI, Burkina)

En partenariat avec : Centre Culturel FIL BLEU (Lomé), Centre Culturel Artisttik Africa (Cotonou, Bénin)

Laisser un commentaire