Claudio Kunakey dans son atelier

« Quand tu dis que tu es artiste, on te dit « Ah, tu fais quelle chanson ? »

Claudio Komla Dzigbodi Kunakey, artiste plasticien, designer, promoteur culturel, Prix de l’Indépendance en 2007.

Membre adhérant de Mytro Nunya, il y expose plusieurs œuvres qui participent grandement à la beauté du lieu.

www.arts-claudio.webs.com / claudiokunakey.blogspot.com

 

Cette sculpture réalisée par Claudio accueille tous les visiteurs de Mytro Nunya du haut du péron !
Cette sculpture réalisée par Claudio accueille tous les visiteurs de Mytro Nunya du haut du péron !

A Lomé il n’y a pas seulement des artistes chanteurs, il n’y pas que le reggae, non, au fond d’une petite rue face à l’hôpital on peut ainsi trouver une galerie d’irréductibles peintres, sculpteurs et décorateurs, qui revendiquent leur art à part entière. « La Muse », ainsi se nomme la galerie ouverte par Claudio Kunakey pour mettre en valeur ses œuvres et celles de ses compatriotes, une démarche qui l’accompagne au-delà de cette galerie puisqu’il a aussi créé en 2007 le Cerecul – Cecle de Réflexion Culturelle, groupe de Lomé – et organise depuis 4 ans maintenant le Festival Territoire de Création, une opportunité unique pour les artistes de la région de se faire connaître et reconnaître.

 

Car ce qui manque le plus à Lomé, selon Claudio, c’est la reconnaissance des artistes, qui commence par un véritable statut, actuellement inexistant, qui permettrait pourtant de protéger leurs droits et de mieux faire valoir leur travail. Inexistante, ou presque, serait également le mot pour qualifier la politique culturelle du gouvernement togolais, bien en retard sur ses voisins du Bénin ou du Burkina par exemple.

 

Deuxième embûche, celle du public: « Le Togolais, dans son ensemble, ne connaît pas ce que c’est que l’art. » Ce qui, forcément, n’attire pas non plus les artistes étrangers à venir installer leurs galeries dans la capitale. « Notre mission c’est de pousser les gens à s’intéresser à l’art. » Sortir de l’atelier pour aller travailler, « en live », sur le boulevard, voilà un exemple d’action menée avec succès par Claudio et une vingtaine d’autres artistes pour toucher un public plus nombreux. Encore faut-il que les policiers ne rechignent pas à laisser les artistes descendre dans la rue… (pourtant, mieux vaut pour une fois une manifestation culturelle qu’une manifestation politique !). Alors Claudio initie aussi des opérations auprès des scolaires, comme « Vacances utiles pour les enfants », qui les invite à venir pratiquer eux-mêmes dans la galerie. Car « transmettre, c’est un devoir ».

 

Mais au fait, quelle est donc la Muse qui anime l’énergie créative du pieux Claudio ? « Ma Muse, franchement, c’est notre Dieu dont je tire toute imagination ! »

 

Claudio Kunakey dans sa galerie, "La Muse"
Claudio Kunakey dans sa galerie, « La Muse »